PARAD

LUC ADAMI






A travers une installation «vidéo-fanfare», Luc Adami explore le monde des paillettes, du prestige et de la célébrité, en s’immergeant dans un cortège avec voitures de luxe, majorettes, personnages grotesques, et autres cliques… Luc ADAMI a choisi d'inscrire son travail dans le monde des paillettes ; celui que notre époque sublime. La célébrité, cette nouvelle sorte d'excellence, éphémère, contestable - qui se mesure aux coupures de journaux - il la traite de manière triviale, par le biais d'une parade qui mêle musique de fanfare, personnages tonitruants, voitures à rallonges…
Qu’elle soit, défilé pour attirer l’attention ou, étalage ostentatoire afin d’en mettre plein la vue, la parade évoque à la fois une invitation et un barrage : paradoxe que l'artiste questionne dans ce projet.       
Une approche pluridisciplinaire mêlant arts plastiques, cinéma et musique
   
Empruntant le récit filmique au cinéma, la forme sculpturale aux arts plastiques et la combinaison de sons à la musique, il développe en tant qu'artiste plasticien des pièces video-musicales.
Au rythme des klaxons, les stretches limousines sont de sortie… Un solo de batterie sans batteur, un thème sous forme de slogan, une petite fanfare : la bande-son de l'installation, composée par l'artiste, scande la vidéo façonnée d'images 3D, mélée de réel / irréel. Cette vidéo, intitulée PEOPLE, est accompagnée d'une sculpture sonore, nommée SONOR, union d'enceintes formant un bloc cohérent et encadrée par une bande-son en ouverture et par une vidéo finale.
Le spectacle doit être international, monumental, obèse, bruyant, voyeur, riche,…
Flons Flons, cotillons… ainsi sont les apparats indispensables pour participer au grand spectacle de notre temps, qu’il soit politique, médiatique de salon ou de rue.
Ces apparats sont le capital de notre société que Guy Debord nous disséquait en 67…
“ Le spectacle est l’idéologie par excellence parce qu’il expose et manifeste dans sa plénitude l’essence de tout système idéologique : l’appauvrissement, l’asservissement et la négation de la vie réelle ” Alors le reality show serait donc trompeur, tromperie? un leurre pour grande friture ?
“ La culture devenue intégralement marchandise doit aussi devenir la marchandise vedette de la société spectaculaire ” Le travail de Luc Adami porte un regard objectif bien qu’un peu ironique sur le tambour battant qui accompagne avec renforts d’artifices le défilé fanfaronnant de la société du spectacle.
Realityshow :  la banalité est un produit (a good product) qui se vend bien, tant son packaging est attrayant,  use de séduction perverse (exploit the masse)
Qu’importe le flacon, pourvu que nous ayons l’ivresse, le grand vertige dans la roue de la fortune.
Succes story for everybody.



LIEN ARTISTE