RESIDENCE – ARMANDO BALICE - « THE LIGHT WENT OUT BEFORE I COULD SEE »

Concert à l'ESPACE SAINTE AVOYE
Samedi 4 juin 2022 - 20h30

 

Esox Lucius accueille en résidence création le compositeur Armando Balice du 1er au 5 juin 2022.

Le travail de création sera mené les 1er,2 et 3 juin à La Gare - Saint Maurice -Lès-Chateauneuf

Le samedi 4 juin Armando Balice donnera un concert de musique électronique et électroacoustique à l'Espace Sainte Avoye de La Clayette.

Armando Balice propose un concert explorant les différentes facettes de son travail de musicien et compositeur de musique électroacoustique à travers un programme mêlant improvisations électroniques et musique acousmatique joué sur un dispositif sonore à 360° de 8 points au centre duquel se trouvent les auditeurs.

Il répond à une commande d'ESOX LUCIUS avec la création de la pièce « The light went out before I could see »

« J’exploite ici l’idée du contraste entre le noir et la lumière, entre ce que l’on voit et ce que l’on ne peut pas voir, ou même ce que l’on ne veut pas nous faire voir. Ce titre auquel je trouve une certaine poétique m’amène à explorer une nouvelle facette de mon idée du noir plus encrée sur l’homme et son rapport au monde ».

Le concert débutera avec une improvisation avec synthétiseur analogique et ordinateur, puis enchaînera avec la pièce « The light went out before I could see » diffusée sur un dispositif octophonique. Il se terminera apar un duo improvisé avec la musicienne et compositrice Qingqing Teng

Les sonorités des machines analogiques s'enchevêtreront avec la voix ici également utilisée comme un générateur de son. Entre musique expérimentale, électroacoustique et explorations sonores, le duo, aussi influencé par les musiques actuelles, recherche une musicalité brute, tout en contraste, articulée, énergique, saccadée, dense mais aussi étirée, fragile et sensible.

 



Armando Balice est un compositeur Franco-italien également improvisateur et musicien électroacoustique. Il est directeur et co-fondateur de la compagnie de création sonore et musicale Alcôme et enseigne la composition électroacoustique au conservatoire du Grand Chalon. Il collabore également avec La Muse en Circuit en tant qu’artiste intervenant pédagogique.


Qingqing Teng (Chine, née en 1990) travaille dans différents champs de la création sonore : musique acousmatique, mixte, électronique expérimentale, installation sonore et musique pour la vidéo d’art. Elle s’intéresse au théâtre musical et tente de combiner musique électroacoustique et théâtre au sein de ses œuvres et spectacles multimédias.


ESA (Extrapolation for Space Agriculture) - Valère Costes

 

Exposition Valère Costes
ESA (Extrapolation for Space Agriculture)
Du 2 juillet ou 28 août 2022
Vernissage le 2 juillet de 14h à 19h

Cette exposition est programmée dans le cadre de la résidence hors les murs de l’Observatoire de l’Espace, le laboratoire culturel du CNES


Ouverture les mercredis, jeudis et  vendredis de 14h à 17h
les samedis et dimanches de 14h à 18h
ou sur RDV

le quai 294M9/la gare
Saint-Maurice-lès-Châteauneuf 71740


Valère Costes invente des dispositifs au sein desquels le vivant et les phénomènes physiques se voient ramenés à de laborieux mouvements. La modélisation scientifique – filtre sous lequel l’artiste donne à voir ses mécaniques – est montrée sous l’angle de sa difficulté à restituer le réel. Les « gestes » aléatoires qu’il provoque constituent des figures de l’échec et de la perte de sens, non la métaphore du progrès.

Les dispositifs inventés par Costes rejouent avec humour les impasses de nombre de conduites adoptées, dans nos sociétés contemporaines, par de nouveaux démiurges. En eux se dessine la métaphore d’une coupure avec le monde et la dissolution de celui-ci dans ses reproductions. Si l’artiste porte un « regard critique sur ce qui est fait dans le dessein d’imiter le réel », il le fait en détournant les méthodes et l’esthétique scientifiques. Apparaissant comme des modélisations ratées, indices des tensions entre volonté de puissance et incapacité, ses installations seraient des imitations d’imitations ou, plus exactement, des simulacres de simulations.

Ses installations mobiles lui permettent de traduire plastiquement des expériences telles qu’en procurent les rares lieux où l’environnement n’est pas domestiqué. Échappant par leur complexité à toute fixité, la forêt primaire, par exemple, procurent la vision et le sentiment d’un chaos insaisissable, favorisant la compréhension des mythes fondateurs. La lutte contre le non-sens est un fait – et une nécessité – anthropologique; à l’opacité du réel, les imaginaires scientifiques, mythologiques ou artistiques substituent leurs récits et représentations.

Les fables dont les machines célibataires élaborées par l’artiste sont les actrices permettent de donner sens à ces œuvres de rien où se confondent et s’abolissent les domaines de l’homme et de la nature. Si Valère Costes rapporte qu’au cours d’une marche dans la jungle, on croise par hasard son reflet dans une flaque d’eau, ce reflet n’en constitue pas moins l’assurance fugace de la réalité de notre propre existence.


Télécharger le dossier de presse


"Pôle Position" - Exposition collective



 
Dans le cadre du dispositif "Pôle Position" mis en place par le réseau SEIZE MILLE réseau art contemporain Bourgogne Franche-Comté, avec le soutien de la DRAC.
 
Exposition collective de cinq jeunes artistes, sortis des écoles d'art de Bourgogne-Franche-Comté
 
Claire Arquevaux
Robin Davourie
Maëva Ferreira Da Costa
Elliott Lambert
Eva Pelzer
 
Cette exposition convoquera différents modes d’expression plastique tels la peinture, la sculpture, l’installation…
 
Du 09/04 au 22/05
Les jeudis, vendredis, samedis et dimanches ou sur rendez-vous
14h30-17h30

Fermeture les 17-18 avril et 01 mai 
le quai (294M9) - 140 rue de la gare
71740 Saint-Maurice-lès-Châteauneuf
 
Les artistes :

Claire Arquevaux  
Née en 1995 à Étampes, Claire Arquevaux est diplômée de l’École Nationale Supérieure d’Art de Dijon. Elle développe un travail sous la forme d’installations vidéo qui s’articulent autour des souvenirs, de la mémoire et de la perception de celles-ci.
La création d’environnements lui permet, à partir de récits éclatés, d’implanter un nouveau souvenir dans l’esprit du spectateur. Ses environnements sont composés, aménagés, reconstruits avec des objets, de la vidéo et du son. Des interfaces sont utilisées et lui servent à développer une limite entre deux choses, deux ensembles, deux états. Créant une ambiguïté entre le passé / le présent, la fiction / le documentaire, le récit / la poésie, questionner une situation d’énonciation et la perception des données contenues dans une mémoire.

Robin Davourie

« Puisque rien ne pousse à l’ombre des grands arbres, allons directement au soleil...» 
Pas peu fier de ses origines tout comme un illustre peintre franc comtois, Robin Davourie a grandi dans un petit village au nom singulier à quelques encablures de la suisse romande. Il y a développé un goût pour les sports de glisse, les fêtes en plein air et les dérapages au frein à main. Après tout, parler de voiture ou parler de peinture...
Sa peinture s’est donc nourrie de visites au Mamco, de posters de 205, de figures de skate comme autant d’exercices de style picturaux. 
Une peinture de glisse mêlant damiers de drapeaux de départ de courses et manoeuvres de kayak au nom exotique. 
Si la peinture de Robin peut de prime abord sembler mimétique vis à vis d’un type d’abstraction « à la suisse », on pourrait légitimement la penser comme un même ou un reflet numérique, cette génération de peintres découvrant désormais les tableaux par le biais d’images sur instagram, comme celle d’avant regardait des vidéos de Bam Margera à la différence signifiante qu’aucune mention ne nous met désormais plus en garde sur le fait de ne pas « essayer de réaliser cela à la maison ».

Hugo Schüwer-Boss


Maëva Ferreira Da Costa
Née en 1995, Maëva Ferreira Da Costa vit et travaille à Dijon. 
Elle obtient son diplôme national supérieur d'expression plastique à l’École nationale supérieure d'art et de design de Dijon avec les félicitations en 2020. 
Son travail a déjà été présenté au Salon des Réalités Nouvelles, à la Cité internationale des arts de Paris, à l’Université des arts et du design de Nagoya et au Musée des beaux-arts de Dole.  
"L’oeuvre de Maëva Ferreira Da Costa donne forme à une archéologie spéculative toute personnelle, grâce à laquelle elle introduit un rapport poétique aux lois de la nature et peut imaginer de nouvelles de formes de vie. Jouant sur l’indistinction entre le réel et le factice, entre le microscopique et le macroscopique, entre l’ancestral et le futuriste, elle crée ainsi des objets ambigus, sinon duplices, qui résistent à la reconnaissance immédiate, comme à la définition catégorielle. Vestige astral, fossile préhistorique ou spécimen biomorphe, fruits d’une manipulation expérimentale ou curiosités tombées du ciel, les formes plastiques qu’elle décline échappent en effet à l’appréhension ordinaire en sorte qu’elle se donnent le plus souvent sur le mode du « fantastique naturel » pour reprendre la formule de Roger Caillois. Empruntant à la géologie, à l’astrophysique comme à la biologie, son esthétique de laboratoire est enfin mise au service d’une réflexion trans-, voire post-humaniste, qui interroge la place de l’homme dans l’univers, le rapport à son milieu et le pouvoir que lui confère la science. [...]"

texte de Florian Gaité, 2019

Elliott Lambert
Né en 1995 à Dijon, fils d’une aide-soignante et d’un paysan, et ayant été élevé dans une ferme aux abords de Dijon entre ville et campagne, j’ai grandi dans une école entourée de deux cèdres énormes, deux fois centenaires, cette école est située à deux pas de la ferme de mon enfance, celle de mes grand parents. J’y installe donc en ce moment mon futur atelier dans la grange de mon grand-père.

L’image que renvois mes tableaux prend forme dans les souvenirs et les formes du passé, que j’extrapole et que j’idéalise, que je néglige parfois. Ayant du mal à m’arrêter de mettre des couches puis de les enlever frénétiquement, à la recherche de ce que j’ai enfoui sous des strates de matières ( à la ponceuse) j’applique en dernier lieu des formes géométriques rappelant les drapeaux damiers, signant les fins de courses sportives automobiles. Une fois le damier appliqué, la peinture est terminée. Les formes géométrique comme les damiers sont nécessaire aujourd’hui, pour apporter en surface un contraste automatique et machinal en différence de ce brouhaha presque indigeste et bourdonnant.

C’est aussi un rapport à la terre. Élevé dans une ferme, au milieu des champs, je n’ai pas suivi le travail de mon père, mais je tends à travailler la matière comme lui peut le faire en retournant ses parcelles, à labourer la surface pour en faire jaillir ce qui fût enseveli. Le travail est un trésor m’a-t-on appris, autant y mettre du coeur à l’ouvrage. Ma peinture ne dépasse donc pour l’instant pas cette idée, mais elle est devenue pour moi, comme un champ à cultiver.


Eva Pelzer
Mon travail prend différentes formes. S’il est principalement en volume j’utilise aussi la vidéo et la photographie. Mes sculptures et installations font appel à des matériaux de seconde main et des savoirs artisanaux. J’ai commencé par détourner des objets avec un principe simple qui n’a cessé de m’animer : une chose pourrait en être une autre. Des casseroles pourraient être des cloches ou une machine à laver, une boule à facettes. Cette maxime redéfinit l’ordinaire, contre la fatalité du rationalisme en faisant du quotidien un événement festif et merveilleux.
J’ai une obsession pour les objets, qui sont vecteurs d’histoires, et parfois signes concrets d’une transmission. Je travaille à l’appropriation des savoirs populaires à travers la fabrication d’un registre folklorique personnel. En passant par le concept de réalité alternative et la production de récits fictionnels je réinvente des récits communs.
 
Depuis peu, je développe dans ma production des stratégies d’adaptation pour survivre en tant qu’artiste (Vendre son cul, 2021), et en tant que terrien (Inventaire, 2021). Cette exploration se traduit par d’autres démarches périphériques et projets collectifs en milieu rural. Ma pratique artistique et ma vie sont face aux mêmes questions, ainsi si ce n’est pas l’art dans la logique et la poursuite de la modernité, au moment où la modernité s’émiette sous nos yeux, que peut et doit devenir l’art ?
Enfin, l’humour est nécessaire à mon monde car il permet plusieurs strates de lecture, et de se défier de la bêtise par l’ironie.


Exrait du texte pour l’exposition A Forest, Commissariat de Lydie Jean-dit-Pannel et Lionel Thenadey, Musée des Beaux- Arts de Dole.
« Par le détournement d’objets récupérés ou familiers, Eva Pelzer procède à des décontextualisations et à des associations qui redéfinissent en profondeur le sens ordinaire qu’on leur prête. Une machine-à-laver-boule-à-facettes, un vernissage mondain dans une étable ou un « Frisbrie » opèrent en effet des déplacements de sens et d’usage qui introduisent une dose d’absurdité dans le quotidien. Au coeur de dramaturgies qui bien souvent parent le domestique de ses habits de fête, Eva Pelzer joue d’un effet de duplicité en contrastant la légèreté de surface de la forme par un propos plus incisif, énoncé en souterrain. Le recours à l’humour contribue ainsi à asseoir sa position d’idiote, au sens noble du terme, celui de critique de la rationalité tel qu’énoncé notamment par Jean-Yves Jouannais. Empruntant enfin ses formes à la culture populaire (roman-photo, carnaval, marché…) et à une matérialité pauvre (GIF, cotillons…), son esthétique explore les objets et les modes d’interactions de classes sociales modestes, souvent rurales.(...)


Florian Gaité



Esox Lucius bénéficie également d’aides financières provenant du Conseil régional Bourgogne Franche Comté et du Conseil départemental de Saône et Loire

Esox Lucius
le quai (294M9) 140 rue de la gare
71740 Saint-Maurice-lès-Châteauneuf
03 85 84 35 97 / 07 68 02 24 17

IMPROMPTU ORIENTÉ


Ouvert jusqu'au vendredi 18 février 2022
De 14h à 17h ou sur rendez-vous
(fermeture exceptionnelle le jeudi 3 février)

Ouvert le week-end du samedi 12 et dimanche 13 février de 14h à 17h.

le quai (294M9), la gare
71740 Saint-Maurice-lès-Châteauneuf

Important : port du masque et Pass sanitaire obligatoires


L’exposition rassemble des œuvres issues de collections privées comme certaines mises à disposition par les artistes concernés et pourrait accueillir de nouvelles pièces tout au long de sa durée.

Le paysage est le fil de cette exposition en s’attachant au minéral, végétal, et a ses attributs. Nous y trouvons des représentations du paysage traitées de façon académique comme des représentations plus libres.

 

Pauvre paysage. Après avoir été au sommet de la hiérarchie de la peinture au dix-neuvième siècle, donc au plus haut de l’art, le voilà ravalé au rang de faire-valoir, d’image instagrammable, de stéréotype, si ce n’est pire. Son adversité a commencé avec l’invention de la photographie, puis celle du cinéma, qui se sont accaparé son image. Et la carte postale n’a rien arrangé du tout, Il a été dispersé façon puzzle aux quatre coins de l’image, ventilé, pulvérisé. L’avantage, c’est qu’on le retrouve partout maintenant. Derrière toutes les prises de vue, derrière tous les selfies, dans tous les graphismes et même dans le dressage des assiettes gastronomiques, entre autres. Cette ubiquité en sourdine lui assure une durabilité au-delà des prospectus d’agences de voyages et permet de jouer à l’infini à un petit jeu amusant qu’on pourrait appeler ; Où est passé le paysage. En espérant ne pas s’en lasser. Pauvre paysage.
François Bazzoli, décembre 2021

 

Artistes représentés : Christiane Aublanc, Alain Barrier, Vincent Bioulés, Sylvie Bonnot, Pierre Buraglio, Hubert De Chalvron, Gaëlle Cornec, Angela Deane, Delevo, Maurice Denis, Gérard Diaz, Numa Droz, Donald Evans, Gérard Fabre, Collectif Factus, Geneviève Garcia-Gallo, Léon Garraud, Jochen Gerz, Jean-Marc Haroutiounian, Anne-Marie Jugnet & Alain Clairet, Eric Laniol, Macéo, Julie Morel, Patrice Mortier, Vincent Phelippot, Serge Piqué, Auguste Pointelin, Auguste Reygner, David Ryan, Henri Pierre Thibaudier, Jean Tournolias, Didier Trenet, Agathe Vaïto, Piotr Wojcik...

Back to Top