Thierry Balasse – MIROIR DES FORMANTS


Thierry Balasse – MIROIR DES FORMANTS
Concert de musique électronique
Espace Sainte Avoye - La Clayette
samedi 8 juin 2019 - 20h30


Désirant proposer une palette de timbres sonores la plus large possible, soucieux de ne pas oublier le geste instrumental, considérant que les premiers instruments électroniques des années 60 constituent une véritable lutherie qui ne doit pas disparaître, Thierry Balasse a créé le solo « Miroir des formants ». Un véritable studio de création sur scène, associant platine vinyle et platine CD, synthétiseur Minimoog  et Theremin, objets sonores et traitements numériques, le tout diffusé sur un petit orchestre de haut-parleurs. Le déroulement musical sera en partie improvisé, explorant les mondes sonores inouïs du ralentissement des sons, géré par une station numérique Merging d’exception. Un concert solo qui débouche naturellement vers une rencontre avec le public curieux de découvrir l’instrumentarium qui vient d’être utilisé.

Thierry Balasse après des études à l'École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre, s'intéresse aux relations entre texte, voix parlée et musique. Il travaille dans le domaine de la réalisation sonore pour le théâtre.
En 1989, il découvre le studio de musique électroacoustique avec Christian Zanési (INA-GRM) puis travaille avec Pierre Henry pour la conception de ses orchestres de haut-parleurs. Il sera plusieurs fois l'interprète du compositeur. Il travaille ensuite avec la Muse en Circuit fondée par Luc Ferrari où il approfondit son rapport à la musique concrète tout en continuant d'utiliser des instruments analogiques. Il crée la compagnie « Inouïe » où il peut décliner ses explorations sonores au travers de la thématque de l'espace : « Les pieds dans les étoiles » (2009) ; « The Dark side of the Moon » (2012) ; « UniVerSons » (création pédagogique, 2013) ; « Cosmos 1969, la bande musicale de la mission Apollo 11 »(création à la Maison de la musique de Nanterre en 2018).

Thierry Balasse est directeur artistique de la compagnie Inouïe, directeur artistique du projet Studio 19 à la Philharmonie de Paris, compositeur en résidence au Dôme Théâtre d'Albertville et artiste associé au théâtre de la Renaissance d'Oullins.

crédit photo : H. Renoul

« ENTRE-TEMPS » EXPOSITION DE
DAVID FALCO (photographie) et LUCIE TAÏEB (pièce sonore)






« ENTRE-TEMPS »
EXPOSITION DE DAVID FALCO (photographie) et LUCIE TAÏEB (pièce sonore)

du 4 mai au 23 juin 2019.

Vernissage le samedi 4 mai 2019 à 17h30.
Suivi d’une présentation publique de l’exposition à 19h30.
Ouverture les vendredis, samedis et dimanches de 14h30 à 18h30
ou sur rendez-vous.
la gare / le quai 294M9
71740 Saint-Maurice-lès-Châteauneuf

Participation libre


David Falco est diplômé de l’École Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier en 2001. Il développe par la photographie et plus récemment par la vidéo, une réflexion à la démarche éclectique, documentaire,  ctionnelle et onirique, sur notre relation au monde, l’appréhension de l’espace, de la nature et du paysage.

Suite à ses voyages en Laponie suédoise et norvégienne (2003-2004), puis sur le volcan Stromboli des îles Éoliennes (2005), il réalise deux expéditions, en 2005 et 2006, dans l’archipel norvégien du Svalbard situé dans l’Océan Glacial Arctique.
En 2008, il est lauréat du Prix Kodak de la critique Photographique avec la série « Spitzberg 78,15 ° N 16 ° E ».

En août 2009, en collaboration avec l’Université du Svalbard (UNIS), il participe à une expédition scientifique autour de l’archipel du Svalbard, et réalise un reportage photographique à propos du travail de recherche et de l’enseignement de la biologie marine arctique à bord d’un navire scienti que. Depuis 2016, il est membre de l’Obser- vatoire photographique des Pôles.
Ses photographies ont été exposées en France, en Angleterre et plus récemment au Canada. En 2017, son travail est sélectionné pour la 5e édition « FOTOFILMIC17 », et fait l’objet d’une exposition collective itinérante internationale (2018-2020).

Entre 2010 et 2019, il poursuit ses recherches photographiques et vidéos en France et en Espagne, notamment dans les Alpes et les Pyrénées, où il réalise les séries : « Entre- temps, après Caspar David Friedrich 1774-2017 » et « Entre-temps II » (réalisée avec le concours  nancier de la Région Nouvelle-Aquitaine, 2015-2018), « Paysage avec  gures » et « Sad landscape » (réalisée avec la bourse d’aide à la création de la Direction Régionale des Affaires Culturelles, Région Nouvelle-Aquitaine, 2015).

Lucie Taïeb est née en 1977 à Paris et a poursuivi des études à Vienne et à Berlin.  Écrivaine et traductrice, Elle a notamment publié Safe (Éditions de l’Ogre, 2016) et Peuplié (Éditions LansKine, 2019) et donne régulièrement des lectures de ses textes.  « D’un temps profond », a été écrit en 2018, en écho aux photographies de David Falco et à l’occasion de l’exposition « Zones Blanches - Récits d’exploration » du Musée et du Cyel Pôle Culture de La Roche-sur-Yon. Ce texte a été publié aux Éditions le Bec en l’air dans le volume collectif "Zones Blanches" coordonné par Hélène Gaudy.  La pièce sonore, enregistrement de ce texte lu par l’auteure, a été créé et sera diffusée lors de l’exposition « Entre temps ».

" Le Baïkal Intérieur" Sylvie Bonnot


Héliogravure de l'artiste Sylvie Bonnot produite par Esox Lucius avec le soutien de la Direction régionale des Affaires culturelles Bourgogne-Franche-Comté pour l'exposition "Le Baïkal Intérieur" que lui a consacrée la galerie du Bleu du ciel, Lyon 2018.
Cette héliogravure sera visible lors de l'exposition de David Falco au sein de la galerie Esox Lucius.

Du 4 mai au 23 juin 2019.
Les vendredis, samedis et dimanches de 14h30 à 18h30
ou sur rendez-vous.

Résidence Cendrine GENIN



Résidence Cendrine GENIN
Collège Paul Fourrey Migennes (89)
Année scolaire 2018 / 2019


La trame du travail de l’artiste Cendrine Genin en résidence au collège Paul Fourrey de Migennes s’attache aux notions d’identité et de territoire ‘ fragmentés ‘…

… un morcellement qui forme un tout…

Sébastien Dargaud & Esox Lucius

Invitée par Caroline Guillet-Charme, enseignante au LPA de Charolles, le photographe Sébastien Dargaud et Esox Lucius interviennent pour une séance de prise de vues sur le thème du (des) genre (s).
"Dans un lycée composé à 90% de filles la question du genre est une question centrale de la représentation au monde.
Cette représentation du monde est-elle figée ? "




Signes Particuliers - 05/03/2019

Soupe N°43 du 20/02/2019 - Jacqueline Gueux




— Signes Particuliers —  Parce que notre travail n'est pas que d'exposition, que nous privilégions le sens de la rencontre, du suivi, des temps partagés, certains artistes nous adressent de petits signes, cela ne se contente pas d'avoir été, le 'ça continue' nous intéresse sous toutes ses formes.




Le travail de Jacqueline Gueux donnera lieu à une exposition durant l'été 2020.


COLEGRAM

  « Et si j’habitais là ? »

Samedi 11 mai 2019 de 10h00 à 18h00